écritoire

 galerie

 liens

 

 
 
 

Tous (49)lexique (49) lexique (49)








A    B    C    D    E    F    G    H    I    J    K    L    M    N

  O    P    Q    R    S    T    U    V    W    X    Y    Z    Ω


Au hasard Balthazar

IconoclasteA. HIST. RELIG
1. (Celui) qui est partisan de l'iconoclasme. « Les prêtres avoient rassemblé au collège de l'orthodoxie, la plus belle bibliothèque du monde (...). Ce collège fut dévasté par les empereurs iconoclastes » (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 10).
2. P. ext.
a) (Celui) qui, pour des motifs de pureté religieuse, proscrit le culte des images, la représentation plastique du divin.
b) (Celui) qui, par haine religieuse, détruit ou profane des objets ou des édifices sacrés.

B. Au fig. (Personne) qui s'oppose à toute tradition (d'ordre littéraire, artistique, politique ou autre), qui se livre à des destructions gratuites, sous prétexte de modernisme.

Étymol. et Hist. Composé du gr. « icône » et d'un dér. de « briser »
 
ExplicitPALÉOGR. Mot qui indique qu'un ouvrage est terminé.

Anton. incipit.

Étymol. et Hist. 1838 subst. (Ac. Compl. 1842). Substantivation de explicit terme employé dans la formule finale de certains écrits du Moy. Âge (cf. Explicit le Roumanz de Thebes, éd. Raynaud de Lage), repris de la formule du type Explicit liber [feliciter] usitée en b. lat., explicit étant formé comme présent, d'apr. l'anton. incipit (v. ce mot) ou le synon. finit à partir de explicuit ou explicitus [est], 3e pers. du sing, du parfait et part. passé de explicare au sens (lat. impérial, b. lat.) de « terminer, achever » (TLL, s.v. explicare, 1738, 30, sqq.)

Le mot excipit semble être un néologisme entré dans l’usage courant dans les années 1990. Il ne dériverait donc aucunement du latin, contrairement à son antonyme incipit, à partir duquel il a été vraisemblablement formé. Les formules latines incipit liber et explicit liber introduisaient et terminaient les manuscrits du Moyen-Âge. L’usage du mot explicit » a cependant tendance à disparaître au profit du mot excipit, l’usage du néologisme paraissant plus naturel.
 
Prométhéen[P. allus. au héros gr. Prométhée qui déroba le feu aux dieux]
A. Relatif à Prométhée. Mythe prométhéen.
« L'inépuisable génie grec, qui a fait la part si grande aux mythes de l'adhésion et de la modestie, a su donner, cependant, son modèle à l'insurrection. Sans contredit, quelques-uns des traits prométhéens revivent encore dans l'histoire révoltée que nous vivons... »
(CAMUS, Homme rév., 1951, p.44).
B. Littér. Caractérisé par le désir de se surpasser, le goût de l'effort et des grandes entreprises, la foi dans la grandeur humaine.
[En parlant d'une chose concr.] Immense, énorme. Synon. titanesque.

voir l'Ôde de Prométhée, de Goethe
 
Viédase ou ViédazeA. Région. (Midi). Aubergine.
B. Vx. Personne idiote, bête. Synon. con.
[Comme terme d'injure, dans une interpellation dir.] « Vous êtes des j...-f..., des viédases, des gourgandines, des sardanapales, des fripons qui buvez le sang du pauvre peuple » (DESMOULINS ds Vx Cordelier, 1793-94, p. 247).

Étymol. et Hist. vietdaze « nom populaire de l'aubergine dans le Midi » (Ac. Compl.). Mot occit. signifiant propr. « vit d'âne », comp. de viet « vit » et de aze « âne »
 
Obvieadj. Philos. ou littér. Qui vient naturellement à l'esprit; qui va ou qui semble aller de soi. Synon. évident.

« La science n'est qu'un élément nécessaire et insuffisant de toute croyance. Aussi ne saurions-nous accepter, dans son sens obvie, la célèbre formule de Malebranche: la foi passera, mais l'intelligence ne passera pas » (LACROIX, Marxisme, existent., personn., 1949, p.111).

Étymol. et Hist. Empr. au lat. obvius «qui se présente à proximité», proprement «qui va au devant», composé de ob «devant» et via «chemin». L'angl. obvious de même sens est att. dep. 163

Rem. Obvier à : Parer à une éventualité ou à un fait fâcheux en prenant toutes mesures susceptibles de permettre, selon le cas, de l'éviter ou d'y faire face au mieux, d'en atténuer les effets.  Empr. au lat. obviare «prévenir»
 
XysteA. ANTIQ. GR.
1. Piste couverte d'un gymnase; p. méton., gymnase.
«
La vie grecque se composait de quelques pièces essentielles (...) une éphébie, pour la jeunesse (...) un gymnase et un xyste pour les exercices du corps » (RENAN, Hist. peuple Isr., t. 4, 1892, p. 298).
2.
Association d'athlètes.

B.
ANTIQ. ROMAINE.
Allée de jardin; promenade couverte dans un jardin.

REM.
Xystarque, subst. masc., antiq. gr. Responsable d'un xyste (supra A 1); chef d'un xyste (supra A 2).

Étymol. et Hist. Empr. au lat. xystus, att. aux sens 1 a et 2, gr. att. aux sens 1 a et b, subst. de « raclé, poli ».
 
 
 
ce site a été construit avec npds, optimisé pour un affichage de 1280 sous firefox